Club de Lecture Chrétienne

Club  de Lecture Chrétienne

Ezéchiel chapitre 2 verset 6

Quant à toi, fils d’homme, ne les crains pas, et ne crains pas leurs paroles, bien que tu sois au milieu d’orties et de ronces et que tu habites avec des scorpions. Ne crains pas leurs paroles et ne tremble pas devant eux, car c’est une communauté rebelle.

 

Le livre du prophète Ezéchiel est un livre que j’aime tout particulièrement. A plusieurs reprises, Dieu s’en est servi pour me parler, pour me diriger et pour me dire que quoi qu’il arrive, il est toujours à mes côtés.

Voilà un homme, Ezéchiel, destiné à être sacrificateur, mais qui à cause de la déportation, conséquence du péché d’Israël, ne pourra pas exercer son ministère. Alors qu’il se morfond en « pourquoi », Dieu se révèle à lui et lui confie un ministère de prophète. En plus, Dieu lui donne un nom de relation avec lui, ce nom par lequel il l’appellera chaque fois qu’il aura une révélation à lui faire, celui de « fils de l’homme ».

Au verset 2.6, il lui confie une mission, sans rien lui cacher de la difficulté qui va avec. C’est pourquoi à quatre reprises en deux phrases, Il l’invite à avoir les regards fixés sur celui qui sera toujours avec lui.

 

- Premièrement : ne les crains pas

  • La crainte, c’est avoir peur, être effrayé, terrifié, se laisser intimider. Être chrétien ne nous préserve pas de connaître ces moments-là. Souvenons-nous toujours que celui qui cherche à nous faire peur a peur à son tour d’un plus grand que lui. Cela s’applique à tous les domaines de notre quotidien et encore plus au domaine spirituel.

 

- Deuxièmement : « ne crains pas leurs paroles »

Il y a des paroles qui font mal, des paroles qui laissent en nous de profondes blessures et qui des fois peuvent nous détruire. Nous ne pouvons pas empêcher les autres de médire, de vociférer, d’être des langues de vipère, MAIS, ce « ne crains pas leurs paroles » peut faire bouclier. Vous connaissez certainement des personnes (ou peut-être vous -même) qui ont été l’objet de paroles blessantes mais qui ne les ont pas entendues alors qu’elles étaient dans un environnement proche. Dieu a su les protéger en fermant leurs oreilles.

 

- Troisièmement : « ne crains pas leurs paroles »

Si cet avertissement et cet encouragement de ne pas craindre leurs paroles revient à deux reprises, c’est que Dieu connait tellement bien la puissance de la parole. C’est par la parole qu’Il a créé ce qui existe, L’apôtre Jean nous présente Jésus comme étant La Parole. Jacques nous parle du pouvoir de la parole, elle construit, elle console, mais elle peut aussi détruire.

 

- Quatrièmement : « ne tremble pas devant eux »

D’autres versions disent « ne t’effraie pas ». Non seulement, ne crains pas leurs paroles, mais ne te laisse pas effrayer par leurs visages. Face à un chien méchant qui sort les crocs, si nous lui montrons que nous avons peur de lui et que nous nous mettons à courir, nous lui offrons la partie vulnérable de notre corps, le dos (la seule partie qui n’est pas protégée par les armes de l’Esprit). Alors, face à l’adversaire et à l’adversité, ne nous dérobons pas !

 

Ces « ne crains pas » d’Ezéchiel 2.6, ne nous invitent pas à bomber le torse en disant « moi, je ne crains rien », mais ils nous invitent à nous réfugier dans celui qui calme la crainte, qui chasse l’effroi et qui nous dit : « je suis là et je serai toujours là »

 


18/03/2020
7 Poster un commentaire

Que votre coeur ne se trouble point

« Que votre cœur ne se trouble pas ! » Jean 14.1

 

 

 

La paix est synonyme de repos, de tranquillité, de quiétude et de sérénité. La crainte, elle, peut prendre aussi plusieurs aspects : notre cœur est troublé, nous craignons que …, nous avons « une peur panique » de …, nous appréhendons …, nous redoutons, c’est-à-dire que nous décuplons notre doute ...

 

La Bible nous parle à maintes reprises de ces deux états d’esprit. A ceux qui sont dans la paix, elle montre comment rester dans cette paix. A ceux qui ont perdu cette paix, elle montre aussi comment la retrouver.

 

Connaître des moments de doute, de crainte, de trouble, cela est tout à fait humain et ce n’est pas un péché (que cela soit bien clair pour tous). Thomas n’a pas cru immédiatement à la résurrection de son Maître, mais celui-ci ne l’a pas condamné, les disciples dans la barque ont douté quand Jésus leur a dit de jeter les filets, mais IL leur a tout simplement demandé de lui faire confiance. Pierre a douté qu’il pouvait traverser le lac à pied sec, mais Jésus lui a tendu la main.

 

Dans ce texte de Jean au chapitre 13, Jésus annonce à ses disciples que le moment de sa mort approche. Et voilà que la tristesse envahi leur cœur, ils sont troublés, mais Jésus leur dit : « Que votre cœur ne se trouble pas ! ». Ils sont face à une mort annoncée, comme toi peut-être, le diagnostic est tombé, il n’est plus question que de jours, que de quelques heures. Comment ne pas avoir le cœur troublé, comment ne pas être désemparé ?

 

Le Maître ne se contente pas seulement de leur dire ces sept petits mots, IL leur parle aussi d’espérance. « Je vais vous préparer une place et je reviendrai pour faire avec vous le chemin vers votre nouvelle demeure. Vous n’êtes pas seul, vous ne serez pas seul. »

 

C’est aussi ce qu’il nous dit aujourd’hui. Devant la mort d’un proche, ne nous laissons pas troublés par ce départ, mais faisons lui confiance. Que notre espérance soit plus forte que le trouble de ce départ.

 

 

 


13/02/2020
4 Poster un commentaire

J'ai osé Dieu

Voilà un livre dont la lecture m’a amené à me poser bien des questions sur comment nous, chrétiens, nous dressons des barrières d’impossibilités pour ne pas apporter la bonne nouvelle de Christ à certaines catégories de personnes ou de socio professionnels, pour ne pas rendre témoignage.

Dans ce livre, Michel Delpech raconte sa quête de Dieu et sa rencontre avec Jésus. Un parcours qu’il a pratiquement fait tout seul, alors que, j’en suis sûr, nombre de croyants ont croisé sa route.

 

Michel Delpech est bien connu dans le monde du show-biz. Certaines de ses chansons, comme Chez Laurette, Pour un flirt, Les divorcés ou Le Loir-et-Cher font partie du patrimoine de la chanson française. 

Suite à son divorce en 1973, Delpech connaît une grande période de doute et de dépression. Il s'adonne à l'alcool, à la drogue et aux sciences occultes.  Il racontera cette traversée du désert dans une biographie, L'homme qui avait bâti sa maison sur le sable.

En 1986 lors d'un pèlerinage à Jérusalem il tombe en larmes devant le tombeau du Christ. Il avait rencontré le Christ ressuscité. C’est le jour de sa conversion dira-t-il.

En janvier 2013,  on lui détecte un cancer de la langue et de la gorge. Il révèle alors au grand public sa foi chrétienne et publie J'ai osé Dieu. Un an plus tard, il évoque sa mort dans un conte musical La fin du chemin.

Il meurt le 2 janvier 2016 des suites du cancer.

 

 

 

 

 

J’ai aimé lire ce livre qui n’a pas été corrigé par un théologien (il y a beaucoup d’erreurs théologiques), car s’il l’avait été, il n’en resterait que quelques pages, car épuré du vécu et du questionnement de l’auteur.

Ne nous arrêtons donc pas à ces erreurs ou à ces incompréhensions, mais voyons plutôt comment Dieu cherche et trouve le pécheur.

Nous ne sommes pas étonnés, et même, nous nous réjouissons qu’il y ait des aumôniers militaires, des aumôniers des hôpitaux, des aumôniers des prisons, mais à l’instar de Jean-Claude Chablot qui a été le premier aumônier au Palais Fédéral à Berne, en Suisse,  pourquoi n’y aurait-il pas aussi un ou des aumôniers du show business ? Démos Shakarian lui, a eu la vision des Hommes d’affaires chrétiens (des hommes d’affaires qui témoignent aux hommes d’affaires). Qui répondra à l’appel de tous ces hommes, de toutes ces femmes qui au fond de leurs cœurs cherchent Dieu alors qu’ils sont entourés d’une si grande nuée de témoins ?

Dans ce livre-témoignage, Delpech parle de sa foi et de sa relation avec Christ à la façon du nouveau converti qui découvre un si grand amour, une relation si intime, mais qui a aussi tant de questions sans réponse. Il porte un regard lucide sur l’Eglise catholique qui est la sienne, remet en question certains dogmes et certaines pratiques, puis termine par un vibrant plaidoyer sur la relation entre l’Eglise (le pape et le Vatican) et les hommes.

Certains passages de ce livre peuvent faire naître des questions,  apporter des réponses, ou simplement encourager. Quand il écrit : « Je pourrais résumer le but de toute ma quête spirituelle en deux mots : aimer Jésus », on ne peut que se dire qu’il avait tout compris.

Ce livre (que vous trouverez dans toutes les librairies), n’est pas à lire comme un roman, mais comme un appel renouvelé de Jésus à apporter cette bonne nouvelle à tout homme, y compris à ceux du show-business.

 


30/08/2019
0 Poster un commentaire

La crémation dans l'éthique chrétienne

Aujourd'hui quand on écoute ou lit les avis de décès, on se rend compte qu'il est de plus en plus question de crémation. Quelle doit être la position du chrétien face à cette pratique ?

Très souvent, même trop souvent aucune véritable réponse n'est apportée à celui qui est en questionnement si ce n'est une interdiction voire une condamnation. 

 

Suite à plusieurs discussions, j'ai donc commencé une étude que je voulais personnelle dans un premier temps, mais que j'ai eu envie de partager avec vous.

Je l'ai voulu aussi objective que possible. 

Cette étude peut-être amenée à évoluer selon vos commentaires que je lirai avec une grande attention et un esprit ouvert. Alors, ne manquez pas de réagir.

Vous trouverez ci-dessous le lien pour y accéder et que vous pouvez enregistrer. 

A bientôt et que Dieu vous bénisse. 

 

 

Étude


11/06/2019
5 Poster un commentaire

Où est ton frère?

Lecture :

- La parabole des deux fils, Luc chapitre 15 versets 11 à 32

-Genèse chapitre 4, verset 9 

 

Dans ce chapitre 15 de Luc, Jésus enseigne ses disciples en leur racontant trois paraboles.

  • Du verset 1 à 7, la parabole de la brebis perdue
  • Dans les versets 8 à 10, la parabole de la pièce perdue
  • Et du verset 11 à 32, la parabole des deux fils

On peut dire que Luc 15 c’est le chapitre des perdus.

 

1- La parabole de la brebis perdue, nous parle du pécheur qui trouve, saisit main de Dieu, accepte son salut et se joint au troupeau du bon berger.

1- La parabole de la brebis perdue, nous parle du pécheur qui trouve, saisit main de Dieu, accepte son salut et se joint au troupeau du bon berger.

2-	Dans la parabole de la pièce qui est perdue dans la maison, on peut voir  celui qui par ce qu’il est dans l’église, par ce qu’il jouit de tout ce qui s’y passe, ne réalise pas que même en étant à l’église depuis toujours, en étant à l’intérieur de la maison, il peut être perdu, perdu.

2- Dans la parabole de la pièce qui est perdue dans la maison, on peut voir celui qui par ce qu’il est dans l’église, par ce qu’il jouit de tout ce qui s’y passe, ne réalise pas que même en étant à l’église depuis toujours, en étant à l’intérieur de la maison, il peut être perdu, perdu.

3-	Puis vient la parabole des deux fils. Le fil prodigue, c’est celui qui purement et simplement, par une décision volontaire s’est éloigné de Dieu.

3- Puis vient la parabole des deux fils. Le fil prodigue, c’est celui qui purement et simplement, par une décision volontaire s’est éloigné de Dieu.

 

Dans ces trois paraboles, il y a comme un refrain qui revient, un refrain qui revient comme après chaque couplet d’une chanson.

Le berger

Verset 6 de retour à la maison, il appelle ses amis et ses voisins et leur dit: ‘Réjouissez-vous avec moi, car j'ai retrouvé ma brebis qui était perdue.’ 

La femme

Verset 9 Lorsqu'elle l'a retrouvée, elle appelle ses amies et ses voisines et dit: ‘Réjouissez-vous avec moi, car j'ai retrouvé la pièce que j'avais perdue.’

Le père (à deux reprises)

Versets 23 et 32 Mangeons et réjouissons-nous, 24 car mon fils que voici était mort et il est revenu à la vie, il était perdu et il est retrouvé.’  32 « … il fallait bien faire la fête et nous réjouir, parce que ton frère que voici était mort et il est revenu à la vie, il était perdu et il est retrouvé.’»

 

Quel que soit le cas présenté, Jésus nous dit qu’il y a plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repend, que pour 99 autres qui n’ont pas besoin de repentance.

 La troisième parabole est la plus longue et la plus détaillée des trois et il est riche en enseignements. Il met en scène trois personnages, deux fils et leur père.

Le plus jeune des fils qui a décidé de vivre sa vie, va voir son père et lui dit : « Ecoute, papa, je ne pensais sincèrement pas que tu vivrais aussi longtemps, et puis que tu n’as pas compris qu’il est temps pour toi de mourir, alors donne-moi la part d’héritage qui devra me revenir à ta mort. »

Quel culot, et quel manque de respect envers son père !

Ce jeune homme avait oublié une chose, la définition de ce qu'il demande, du mot héritage.

L’héritage, c’est ce qu’on reçoit lorsque le testateur, celui qui lègue, celui qui donne, quand ce dernier est mort. Tant que le testateur est vivant, il n’y a pas d’héritage.

Hébreux 9.16 En effet, là où il y a un testament, il est nécessaire que la mort du testateur soit constatée. 17 Un testament n'entre en vigueur qu'en cas de décès, puisqu'il n'a aucun effet tant que le testateur vit.

Cette disposition est inscrite dans la loi de tous les pays, en France Code civil 967 et suivants.

 Le père qui est un bon gars, se dit qu’il faut que la jeunesse fasse ses expériences, et il partage ses biens entre ses deux fils.

Et voilà que ce jeune homme s’en va de la maison avec de l’argent plein les poches, puisque sa part lui a été donnée en monnaie sonnante et trébuchante. Comme l’herbe est toujours plus verte dans le champ d’à côté, il veut découvrir tout ce dont selon lui il a été privé jusqu’à maintenant. Il se fait beaucoup de nouveaux amis, il est invité dans la haute société, il est servi dans des services en argent, il découvre le goût du champagne « Don Pérignon » et du caviar.

Il n’y a plus autour de lui tous ces gens bien intentionnés toujours prêts à lui donner des conseils qu’il n’avait pas demandés.

Ce jeune homme est enfin libre, il peut vivre sa vie comme il l’entend.

 

 

Quelques temps plus tard, il fait deux très grandes découvertes :

  • Beaucoup d’argent, beaucoup d’amis, pas d’argent, pas d’amis !
  • L’argent ne dure pas toujours.

Ceux qui hier étaient ses amis, ne le connaissent plus. Petit à petit, il est obligé de vendre les bijoux qu’il s’était achetés, les habits faits sur mesure, et il se retrouve démuni de tout. Il veut chercher du travail, mais il ne sait rien faire. Il n’a aucune formation, aucun diplôme, rien. Il va voir un ami avec qui il a passé bien des soirées ensemble. Lui peut-être pourra lui proposer quelque chose, mais la seule place qu’il peut lui proposer, c’est de nourrir ses cochons !

Il ne pouvait pas tomber plus bas, car pour lui qui est juif, le cochon est un animal impur, mais s’il veut survivre, il doit travailler pour se nourrir!

 

Alors, du plus profond de sa déchéance, il se souvient de la maison, de SA maison, il se souvient de son père, de la bonté de ce père qui a toujours pourvu à tous ces besoins. Et là, il prend une décision : 18 Je vais retourner vers mon père et je lui dirai: Père, j'ai péché contre le ciel et contre toi, 19 je ne suis plus digne d'être appelé ton fils, traite-moi comme l'un de tes ouvriers.’ 

Joignant le geste à la parole, il rentre à la maison. Il est persuadé qu’après ce qu’il a fait, après le déshonneur qu’il a jeté sur la famille, il est persuadé que personne ne l’attend, et c’est là qu’il se trompe. Il y a quelqu’un qui l’attend. Il y a quelqu’un qui tous les jours scrute l’horizon dans l’espoir de voir son fils au bout du chemin. Il y a un père qui n’a jamais, JAMAIS fait le deuil de son fils.

Combien de fois, en rentrant de la chasse, le fils aîné a vu son père prostré, la tête entre les deux mains et il lui a demandé ce qu’il avait. Le pauvre père relevant la tête lui faisait toujours cette même réponse, qui était plus une question qu’une réponse : « Où est ton frère ? »

 

Et un soir, ce père voit une poussière se soulever au loin, il y a quelqu’un sur le chemin. Il regarde, mais il ne peut pas discerner la silhouette, donc il attend que les contours soient plus dessinés et au bout d’un moment, il reconnait la démarche de son fils.

Il a tellement espéré ce moment qu’il n’ose même-pas y croire ! Il faut qu’il en ait le cœur net, et il court sur le chemin à la rencontre de cette silhouette. C’est son fils, c’est bien lui.

 

Le fils commence à lui dire ce qu’il a tant de fois répété en prévision de ce moment : Père, j'ai péché contre le ciel et contre toi, je ne suis plus digne d'être appelé ton fils  mais il n’a pas le temps de lui dire le reste de la phrase : traite-moi comme l'un de tes ouvriers, que le père appelle ses serviteurs demande qu’on lui mette des habits de fête et qu’on tue le veau gras.

Le père a retrouvé son fils, celui qui était dans sa maison et qui est parti voir ailleurs. Aujourd’hui, il est de retour.

 

C’est là, pendant la fête que rentre en scène le troisième personnage de l’histoire : le fils aîné.

 

Il a entendu la musique au loin. Il savait qu’aucune fête n’était prévue ce jour-là, et quand on lui dit que c’est la fête par ce que son frère est de retour, il laisse éclater sa colère.

  • Moi, entrer dans cette maison, lui faire la bise, m’asseoir à côté de lui, partager le même repas que lui ? Non, tout, mais pas ça ! tant qu’il sera là, je ne rentrerai pas.

Et il se met à invectiver son père qui est sorti pour le convaincre.

  • Papa, tu as la mémoire courte, tu ne te souviens pas comment il t’a traité quand il est parti, et puis, tu ne le sais pas, mais moi, je vais te le dire, tout l’argent avec lequel il est parti, il l’a mangé avec les prostitués.

Le regard du père se fige, une profonde tristesse se lit sur son visage.

  • Qu’est-ce que tu as dit, tu savais donc où il était, tu sais qu’il ne s’est pas passé un seul jour sans que je pleure mon fils qui avait quitté la maison, tu savais où il était et tu n’as rien fait pour aller le chercher ?

Que répondre à ça, sinon ignorer la question et continuer à accabler ce père ?

  • Papa, voilà tant d'années que je suis à ton service sans jamais désobéir à tes ordres, et jamais tu ne m'as donné un chevreau pour que je fasse la fête avec mes amis. 

Pour ce fils aîné, tout tournait autour du matériel. Quand son frère est parti, le père lui a donné sa part d’héritage, soit 1/3 de ses biens. 1’200'000 €. Ce frère cadet est donc parti avec 1/3 soit 400’000€, car lui, celui qui est resté jouissant du droit d’aînesse avait droit à une double portion, soit 2/3, 800'000 €. Deutéronome 21.17 Il reconnaîtra au contraire comme premier-né le fils de celle qu'il n'aime pas et il lui donnera une double portion de son bien, car ce fils est le premier de ses enfants. Le droit d'aînesse lui appartient

Mais maintenant que l’autre est revenu, (il ne l’appelle même pas par son nom, il est devenu « l’autre ») papa va faire comme si rien ne s’était passé, et il va lui léguer une autre part d’héritage.

Et ce fils aîné, non seulement n’avait rien fait pour ramener son frère à la maison, mais il refusa de prendre part à la fête.

Dans lequel de ces deux frères te reconnais-tu ce matin ?

On va laisser de côté le fils cadet et considérer que nous tous dans cette salle, ce matin, nous sommes tous, vous et moi, des frères aînés. Où est notre frère cadet ?

  • Comme toi, comme moi, ce frère cadet a reconnu et accepté Dieu comme son père, Jésus-Christ comme son sauveur
  • Comme toi, comme moi, il a eu sa part à la table familiale

Mais un jour, il a cru que l’herbe était plus verte ailleurs et il a quitté la maison du père.

Nous avons envers lui une responsabilité de frère aîné. Nous pouvons endosser cette responsabilité, être un frère aîné responsable ou alors l’ignorer.

Comme ce père dans cette parabole, Dieu est un Dieu de grâce, un Dieu qui pardonne et un Dieu qui donne une seconde chance. A moi, il a donné une seconde chance. Il a mis sur mon chemin quand j’en avais besoin un frère aîné qui a su prendre ses responsabilités de frère aîné et par de simples attentions, me rappeler l’amour du père.

Je sais donc de quoi je vous parle ce matin !

Aujourd’hui, quel est l’invitation de Dieu pour toi ?

  • T’invite-t-il ä aller chercher cette brebis égarée et à l’amener dans le troupeau ?

 

  • T’invite-t-il à encourager, à soutenir celui qui est dans l’église, mais qui n’a pas encore fait cette démarche de reconnaître Jésus comme son sauveur. Veux-tu être celui que Dieu veut utiliser pour l’amener à la pleine lumière ?

 

  • Ou alors, Dieu t’invite-t-il à aller rechercher celui (ou celle) qui s’est éloigné de la maison de son Père ?

 

 

 


19/03/2019
1 Poster un commentaire